La quête d’une alimentation saine : fer, déséquilibres et autres joyeusetés




Depuis quelques temps, une vraie tendance se développe dans le milieu de l’alimentation équine : déçus de l’alimentation « industrielle », ou en recherche d’une alimentation au plus proche des besoins du cheval (fibres au maximum, pas de mélasses, produits transformés/incluant des pesticides..), certains propriétaires découvrent de plus en plus de gammes de produits « sains » (avec des jolies petites étiquettes telles que « naturel », « convient à tous », et/ou avec des logos bien mignons…). Mais est-ce pour autant la panacée ?

Outre le fait qu’un aliment reste EN SUPPLEMENT d’un alimentation (habituellement foin ou herbe…), par conséquent chaque région, voire parcelle n’affiche pas la même composition (donc un ratio Ca/P idéal dans l’aliment… ajouté à un foin naturellement déséquilibré entraine une alimentation déséquilibrée !), j’aimerais faire un petit focus sur la présence de fer. Fer qui peut avoir 2 problématiques dans l’alimentation : être trop présent (en valeur absolu, avec un seuil toxique à 500mg/kg d’aliment), ou empêcher l’absorption d’autres éléments en étant relativement trop important (par exemple cuivre et zinc… l’équilibre étant la recherche de ce que nous leur donnons à manger).

Quid de ces fameux aliments, maintenant ? Alors que les aliments « industriels » classiques, fabriqués « à la chaine », donnent un peu de visibilité sur la composition, il est malheureux de remarquer que pour ces produits l’opacité est la règle. Nous avons parfois des données globales, sur la compo… Le calcium, phosphore… Mais le reste ? Certains aliments, ou granulés de foin par exemple, n’affiche rien (et en réalité pètent les scorent avec une présence de fer > 1500mg/kg…). Pour rappel, les terres en France sont souvent riches en fer (et rajoutons à cela la présence de fer dans l’eau….), ajouter à un foin/une herbe riche en fer ce genre d’aliment est une catastrophe ! La problématique est également identique, même si moindre en cas de cure… Avec les compléments alimentaires type orties, spiruline, algues, riches en fer.

Pour rappel, l’excès de fer impacte (un bel article en anglais ici) :

  • L’assimilation du cuivre et zinc -> impact sur les os, les tendons
  • La sensibilité des pieds nus
  • A dose toxique, le foie
  • L’insulino-résistance
  • L’apparition de mélanome chez les chevaux gris (l’une des causes envisagées parmi de nombreuses autres, notamment à cause d’un manque de cuivre ) ….

Une fois présent dans l’organisme, il est très difficile de retirer le fer de l’organisme… Pour rappel, les rares moyens sont la saignée, ou certains chélateurs comme l’ail des ours.

Bref, s’y prendre en amont reste une meilleure solution. Gardons notre volonté, louable, d’alimenter de façon plus saine nos chevaux, mais en gardant en tête que chaque cheval a ses spécificités propres (mode de vie, travail, antécédents…) et liées à l’environnement (qualité du fourrage, eau..). Et si vous n’avez pas d’information chiffrée détaillée sur votre aliment (ou granulés de foin, compléments…), ou que vous avez un doute difficilement explicable (composition vs résultats affichés ?), passez votre chemin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *